FIRA 2017 : pari réussi pour Naïo Technologies !

Pour sa seconde édition, les 29 et 30 novembre 2017, le Forum International de Robotique Agricole (FIRA) organisé par Naïo Technologies a rassemblé plus de 400 participants au Quai des Savoirs (Toulouse). Avec l’intervention d’une vingtaine d’experts mondiaux de la robotique agricole, la présence d’une quarantaine de partenaires et l’exposition de plusieurs robots et équipement, l’événement se positionne comme un incontournable d’une filière en plein développement.

Des experts de haut niveau

Lancé en 2016 avec la volonté de rassembler l’ensemble des acteurs de la filière robotique agricole, le FIRA 2017 a rempli ses objectifs au-delà des attentes des organisateurs, tant sur le nombre des participants que sur la qualité des intervenants. "Nous avons réussi notre pari d’avoir dans un même lieu des industriels, des chercheurs, des agriculteurs, des fournisseurs de technologies, des distributeurs, des partenaires et des concurrents !» témoigne Gaëtan Séverac, co-fondateur de Naïo Technologies qui insiste sur la qualité des speakers.

Ainsi, après un accueil des participants par Aymeric Barthes, président de Naïo Technnlogies, Simon Blackmore, directeur du Centre national d’agriculture de précision à la Harper Adams University, expert mondial de la robotique agricole, a présenté les travaux qu’il mène aux côtés de plusieurs start up de l’AgTech qui permettent de lever quelques idées reçues sur les robots en agriculture et de présenter un nouveau modèle agricole où le robot serait porteur de tout type de technologies (ex : le désherbage laser) et capable d’amélioration continue.

 

 

Philippe Jeanneaux, enseignant chercheur à VetagroSup, spécialiste de l’économie rurale a ensuite posé la question de la prise de décision dans une agriculture robotisée, C’était sa seconde contribution, tout comme Maët Le Lan, de la Chambre d’agriculture qui coordonne la station expérimentale de Bretagne Sud et qui a présenté les résultats de travaux menés avec des robots –dont Oz- pour lutter contre la pénibilité du travail agricole. Quant à Luc Valentin, consultant agricole aux Etats-Unis, il a apporté son témoignage sur une agriculture USA une toute autre échelle, celle des gigantesques exploitations américaines comptant plusieurs dizaines de milliers d’hectares qui n’a qu’un usage encore limité de la robotique. Progressivement, s’est dessinée la façon dont les robots arrivaient dans les champs au travers des témoignages de Roland Lenain et Jean-Michel LeBars, représentant de RobAgri, une association d’aide au développement de la robotique agricole, de Pal Johan From de la Norwegian University of Life Sciences ou encore de Coralie Bos pour les assurances Groupama.

Une dynamique internationale naissante

Les robots et l’innovation ont eu la part belle de cette seconde avec la présentation de Tibot, le robot avicole, VitiBot qui désherbe les vignes, le Suisse Ecorobotix, le Danois Robotti, la plateforme Pumagri de Sitia, la biotech Phenospex qui propose une analyse intelligente des plantes, et la présence dans la zone d’exposition de la flotte Naïo Technologies au grand complet avec Oz, Dino et Ted.

Gérard Danibert, le directeur marketing de Kubota Europe, venu présenter son robot tracteur témoigne de la dynamique de l’évènement «  Dans ce monde agricole en pleine mutation, le FIRA peut être l'organisme qui recense les nouvelles technologies, les nouvelles pratiques culturales et les solutions autonomes et qui devient force de proposition des solutions jugées les plus pertinentes et les plus durables».

Une large partie des intervenants et du public a confirmé son engagement dans la création d’une filière de la robotique agricole en participant au barcamp programmé lendemain. Ces ateliers organisés au tour de quatre grandes thématiques ont de mener une réflexion collective autour des questions de légalité et de sécurité, mais aussi sur les rapports qu’entretiennent robots et agronomie, sur des propositions d’une organisation efficace de l’industrie robotique ou encore sur la place des exploitants dans l’AgTech. Pour Aymeric Barthes, président de Naïo Technologies et organisateur de l’évènement le FIRA a pris une autre ampleur. « On a véritablement senti une effervescence de tous les acteurs du FIRA, Nous avons aujourd’hui un événement de stature internationale qui mobilise aussi bien les entreprise du secteur de la robotique agricole mais qui permet aussi aux différents acteurs de se rencontrer et de véritablement travailler ensemble. Cela nous donne de sérieuses pistes de travail pour l’édition 2018 ! »

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules